Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Contenu archivé

L'information indiquée comme étant archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Recensement de 2006 : Portrait de la population canadienne en 2006 : Dynamique de la population infraprovinciale

Portrait des petites villes, des régions rurales et des territoires

La population vivant dans les petites villes et régions rurales du Canada a crû de 1,0 % entre 2001 et 2006 après avoir décru de 0,4 % au cours de la période intercensitaire précédente. En 2006, un peu moins d'un Canadien sur cinq (6,0 millions de personnes) vivait en région rurale, c'est-à-dire dans des régions situées à l'extérieur des centres urbains de 10 000 habitants ou plus.

Cette photographie montre un petit village au milieu de champs cultivés des Prairies.Cette croissance n'était cependant pas observée dans toutes les provinces puisque la population rurale des quatre provinces de l'Atlantique et de la Saskatchewan a décru depuis 2001. À Terre-Neuve-et-Labrador, la population rurale a diminué de plus de 5 % depuis 2001. Considérant que la population de la RMR de St. John's s'est accrue de 4,7 % au cours de la même période, c'est la forte décroissance des zones rurales qui est à l'origine de la décroissance (-1,5 %) de la population de cette province.

Hormis les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut, c'est en Alberta que la population rurale a crû le plus rapidement entre 2001 et 2006, soit de 3,8 %. Cette croissance demeurait toutefois inférieure à la moyenne nationale.

La croissance des régions rurales dépend souvent de leur proximité des grands centres urbains

On peut distinguer deux types de régions rurales : celles qui sont près des centres urbains et celles qui en sont plus éloignées. Dans les régions rurales près des centres urbains, plus de 30 % de la population active fait la navette avec le centre urbain pour aller travailler.

Canada. Classification des secteurs statistiques, 2006 par subdivisions de recensement (SDR)

Dans ces régions rurales, la croissance de la population entre 2001 et 2006 (+4,7 %) était proche de la moyenne nationale (+5,4 %). La croissance démographique de ces régions rurales est souvent liée à la présence, sur leurs territoires, de petites villes facilement accessibles par voies rapides depuis un centre urbain.

Dans les régions rurales plus éloignées des centres urbains, la population est demeurée stable depuis 2001 (-0,1 %). Ces régions étaient en décroissance durant la période intercensitaire précédente. L'absence de croissance de ces régions s'explique souvent par le départ des jeunes adultes vers des régions métropolitaines dans le but d'y poursuivre des études ou d'y trouver un emploi.

Tableau 8 Croissance de la population selon le type de régions, 2001 à 2006

Croissance des petites villes et des communautés rurales canadiennes

Parmi les 25 petites villes et communautés rurales ayant connu, entre 2001 et 2006, les plus fortes croissances de population, 14 sont situées à moins de 50 kilomètres de Montréal, de Toronto et de Vancouver. Six autres sont situées à proximité d'une autre RMR.

Cette photographie montre la ville de Banff, dans les montagnes.Avec une croissance de 36,1 %, Sylvan Lake, à proximité de Red Deer en Alberta, est la petite ville dont la population a le plus augmenté depuis 2001. Cette ville avait déjà crû de 44,5 % entre 1996 et 2001. Lacombe, situé au nord de Red Deer, est une autre petite ville de cette région qui a connu une forte croissance (+14,5 %) depuis 2001.

Strathmore (+34,2 %) et Foothills No. 31 (+18,9 %), villes situées à l'est et au sud de Calgary en Alberta, ont aussi connu une croissance rapide de leur population au cours des cinq dernières années. Strathmore avait déjà connu, durant la période intercensitaire précédente, une très forte croissance (+43,4 %).

Pas moins de neuf petites villes parmi les 25 ayant la plus forte croissance étaient situées au Québec, la plupart au nord de Montréal, dans la région des Laurentides (Prévost, Chertsey, Ste-Adèle, etc.). Cette région offre de nombreux endroits de villégiature et exerce depuis plusieurs années un attrait important pour les personnes qui veulent s'établir dans de petites villes.

On trouvait également dans ce palmarès d'autres endroits de villégiature situés à proximité de grands centres urbains et prisés par leurs habitants comme Wasaga Beach sur les rives de la Baie Georgienne ou Galway-Cavendish and Harvey au nord de Peterborough en Ontario.

Tableau 9 Petites villes et communautés rurales présentant les plus fortes croissances de population depuis 2001

Cette photographie montre un hameau de maisons longeant une rivière en territoire agricole.À l'opposé, les 25 petites villes et communautés rurales ayant connu la plus forte décroissance de leur population étaient toutes situées loin des grands centres urbains. Plusieurs étaient situées dans le nord de leur province respective : Kapuskasing en Ontario, La Sarre au Québec et Flin Flon au Manitoba, par exemple. D'autres étaient situées dans des régions plus montagneuses, comme Banff et Crownest Pass en Alberta ou Trail et Kimberley en Colombie-Britannique. Enfin, d'autres étaient localisées en milieu agricole, comme Oromocto au Nouveau-Brunswick, voire près du littoral océanique, comme Marystown à Terre-Neuve-et-Labrador ou Yarmouth en Nouvelle-Écosse.

Tableau 10 Petites villes et communautés rurales présentant les plus fortes décroissances de population depuis 2001

Page précédente  Page précédente | Table des matières | Page suivante  Page suivante