Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Contenu archivé

L'information indiquée comme étant archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Recensement de 2006 : Portrait de la population canadienne en 2006, selon l'âge et le sexe : Dynamique de la population infraprovinciale

Portrait des petites villes, des régions rurales et des territoires

Environ six millions de Canadiens vivaient, en 2006, dans des petites villes et régions rurales. On observait, dans celles situées près des centres urbains1, une croissance démographique nettement plus forte (+4,7 %) que dans les régions rurales éloignées (-0,1 %).

Dans cette section, les expressions « régions rurales » et « régions non métropolitaines » désignent la même réalité, c'est-à-dire les régions qui ne font ni partie d’une RMR, ni d’une AR.

Carte de référence : Canada. Classification des secteurs statistiques par subdivisions de recensement (SDR), 2006

La population des régions rurales éloignées était également plus âgée que celle des régions rurales situées près des centres urbains. Le pourcentage que représentent les personnes âgées de 65 ans ou plus des régions rurales éloignées (16,1 %) était nettement plus élevé que celui observé à la fois dans les régions métropolitaines (13,2 %) et les régions rurales près des centres urbains (13,9 %).

Tableau 9 Pourcentage de personnes âgées de moins de 15 ans et de personnes âgées de 65 ans et plus selon le type de région, 2001 et 2006

Onze des 25 petites villes et communautés rurales les plus jeunes sont situées en Alberta

Plusieurs petites villes et communautés rurales présentant, en 2006, les populations les plus jeunes, étaient situées en Alberta, notamment au nord de la province. Comme en 2001, Mackenzie No. 23 était la région rurale la plus jeune du Canada, les enfants y représentant plus d’une personne sur trois.

Sylvan Lakes et Lakeland County, également au nord de l’Alberta, figurent non seulement au palmarès des régions rurales les plus jeunes du pays, mais également au palmarès de celles qui ont, depuis 2001, connu la plus forte croissance démographique.

D’autres raisons expliquent la forte proportion d’enfants au sein de certaines régions rurales : la présence d’une importante population autochtone (Iqaluit au Nunavut, Big Lakes en Alberta) ou la présence de certaines communautés comme les mennonites (Stanley et Hanover au Manitoba, Mapleton et Wellesley en Ontario) ou les mormons (Taber en Alberta) dont la fécondité est plus élevée.

Tableau 10 Petites villes et communautés rurales présentant les plus fortes proportions de personnes âgées de moins de 15 ans en 2006

À l’inverse, plusieurs petites villes et communautés rurales les plus âgées étaient des endroits particulièrement prisés des retraités; c’est le cas de Capital G, située sur l’île de Vancouver, de Summerland, dans la vallée de l’Okanagan, ou de Trail, dans la vallée du Kootenay en Colombie-Britannique, de Perth et de Wasaga Beach, en Ontario, ainsi que de Saint-Sauveur au Québec. Toutes avaient des populations où les personnes âgées de 65 ans ou plus représentaient plus d’une personne sur cinq.

Tableau 11 Petites villes et communautés rurales présentant les plus fortes proportions de personnes âgées de 65 ans et plus en 2006

Les petites villes et communautés des territoires

À l’instar de ce qu’on observait ailleurs au Canada, la structure par âge des régions rurales du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut est différente de Whitehorse, Yellowknife et Iqaluit. La pyramide des âges des régions rurales du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut était caractéristique d’une population au sein de laquelle on observe une forte fécondité et une espérance de vie moins élevée, la base étant nettement plus large que le sommet. Il s’agit également de la seule pyramide des âges d’une région canadienne où les générations nombreuses du baby-boom ne sont pas clairement visibles entre 41 et 60 ans.

À Whitehorse, Yellowknife et Iqaluit, la population d’âge actif était proportionnellement plus importante que dans les territoires ruraux. Caractéristique de la plupart des grands centres urbains du Canada, cette situation est liée au marché de l’emploi de ces régions qui attire et retient les travailleurs qui, dans le cas de Whitehorse, Yellowknife et Iqaluit, proviennent non seulement d’ailleurs dans les territoires mais aussi d’ailleurs au Canada.

Figure 27 Pyramide des âges de la population des trois capitales des territoires comparée aux régions rurales des territoires en 2006


Note :

  1. Dans les régions rurales près des centres urbains, plus de 30 % de la population active fait la navette avec le centre urbain pour aller travailler.

Page précédente  Page précédente | Table des matières