Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Contenu archivé

L'information indiquée comme étant archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Recensement de 2006 : Portrait de famille : continuité et changement dans les familles et les ménages du Canada en 2006 : Changements infraprovinciaux

Près du quart des familles en union libre au Canada vivaient à Montréal et à Québec

Près du quart des 1,4 million de familles formées de couples en union libre au Canada (23,4 %) vivaient dans les deux régions métropolitaines de recensement (RMR) de Montréal et de Québec le 16 mai 2006.

Une région métropolitaine de recensement (RMR) est une région ayant une population d'au moins 100 000 habitants et un noyau urbain d’au moins 50 000 habitants. Le Canada compte actuellement 33 RMR et en comptait 27 en 2001. Les six nouvelles RMR sont celles de Barrie, Guelph, Brantford et Peterborough en Ontario, de Moncton au Nouveau-Brunswick, et de Kelowna en Colombie-Britannique.

En fait, dans les cinq régions métropolitaines de recensement du Québec, la proportion de familles formées de couples en union libre était nettement supérieure à la moyenne nationale de 15,5 %. Environ le tiers des familles de recensement étaient formées de couples en union libre à Québec (34,5 %), Sherbrooke (33,1 %) et Trois-Rivières (32,4 %), des proportions supérieures à la moyenne provinciale de 28,8 %. Des proportions élevées de couples en union libre étaient également observées à Saguenay (29,5 %) et à Montréal (25,4 %), soit des proportions comparables à celles des autres RMR du Canada, mais plus près de la moyenne provinciale.

La plus faible proportion de couples en union libre à Montréal pourrait s'expliquer par la forte concentration d'immigrants dans la métropole québécoise. Les données du recensement sur l'immigration qui seront diffusées ultérieurement permettront de dresser un portrait plus détaillé des structures des familles au sein de ces RMR. Les RMR de Toronto et Vancouver, qui attirent elles aussi de nombreux immigrants chaque année, affichaient également de faibles proportions de couples en union libre, Toronto se classant au dernier rang des RMR de l'ensemble du pays à ce chapitre (7,8 % seulement). En revanche, la proportion de familles formées de couples mariés dans les RMR de Toronto et de Vancouver était bien supérieure à la moyenne nationale, et la proportion observée à Montréal était nettement au-dessus de la moyenne du Québec.

Tableau 11 Répartition des familles de recensement selon la structure de la famille, régions métropolitaines de recensement, 2006

Deux autres RMR présentaient des proportions de couples vivant en union libre supérieures à la moyenne nationale : Ottawa - Gatineau et Moncton. Situées partiellement dans la province de Québec ou assez près de cette province, ces RMR comptaient également une forte proportion de francophones au sein de leur population.

La carte présentant la proportion de couples vivant en union libre permet d'examiner plus en détail la répartition géographique de l'union libre au Canada. Outre le fait que l'ensemble des régions du Québec se distinguaient particulièrement, on remarque que les régions du nord du pays se démarquaient par une proportion de couples vivant en union libre également plus élevée que la moyenne nationale.

Canada. Pourcentage des couples en union libre selon les divisions de recensement (DR) de 2006

Page précédente : Provinces et territoires  Page précédente | Table des matières | Page suivante  Page suivante