Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Contenu archivé

L'information indiquée comme étant archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Évolution des tendances de l'accession à la propriété et des coûts d'habitation au Canada, Recensement de 2006 : différences géographiques

Canada atlantique

Le Canada atlantique continue d'avoir les taux de propriété les plus élevés au pays, selon le recensement.

Des 197 185 ménages de Terre-Neuve-et-Labrador, 78,7 % – la proportion la plus élevée au pays – étaient propriétaires de leur logement. Au Nouveau-Brunswick, les trois quarts (75,5 %) des 295 960 ménages étaient propriétaires de leur propre logement, tout comme l'étaient 74,1 % des 53 135 ménages de l'Île-du-Prince-Édouard.

La Nouvelle-Écosse se classait au cinquième rang, derrière l'Alberta. Environ 72,0 % de ses 376 845 ménages étaient propriétaires de leur logement.

Ces taux se sont accrus modérément dans chacune des quatre provinces de l'Atlantique entre 2001 et 2006; il s'agissait toutefois de hausses inférieures à la moyenne nationale.

L'un des facteurs importants de cette hausse est que plus de 40 % des ménages des provinces de l'Atlantique vivent en région rurale, ce qui est le cas d'à peine moins de 20 % des ménages de l'ensemble du Canada. Les ménages ruraux sont plus susceptibles que leurs pendants urbains d'être propriétaires de leur logement. Les taux globaux d'accession à la propriété étaient élevés à l'Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, mais les taux de propriété en milieu urbain y étaient relativement bas, comparativement à ceux des autres provinces.

Par exemple, 88,8 % des ménages ruraux de l'Île-du-Prince-Édouard étaient propriétaires de leur logement, ce qui était le cas d'à peine 58,0 % des ménages urbains. Cependant, moins de la moitié de tous les ménages de cette province se trouvent dans une région urbaine.

La proportion des ménages propriétaires ayant une hypothèque s'est accrue substantiellement dans la région de l'Atlantique, sauf au Nouveau-Brunswick, où l'augmentation a été inférieure à la moyenne nationale. À Terre-Neuve-et-Labrador, 44,8 % des ménages avaient une hypothèque en 2006, comparativement à 40,3 % cinq ans plus tôt. Il s'agissait de la plus forte augmentation en proportion.

Dans le Canada atlantique, les propriétaires s'attendaient à recevoir pour leur logement un prix de vente médian nettement inférieur à la médiane nationale de 200 474 $. En 2006, la valeur médiane était de 89 870 $ à Terre-Neuve-et-Labrador et allait de 100 000 $ à 130 000 $ dans les trois autres provinces de l'Atlantique.

De 2001 à 2006, les prix à la consommation dans les provinces de l'Atlantique, que mesure l'Indice des prix à la consommation, ont augmenté plus rapidement que la moyenne nationale et l'Île-du-Prince-Édouard a connu l'augmentation la plus élevée, se chiffrant à 15,5 %.

La proportion des ménages consacrant 30 % ou plus de leur revenu au logement était inférieure à la moyenne nationale de 24,9 % dans chacune des quatre provinces. Elle allait de 18,9 % à Terre-Neuve-et-Labrador à 22,6 % en Nouvelle-Écosse. De 2001 à 2006, elle ne s'est accrue qu'à l'Île-du-Prince-Édouard.

Les coûts d'habitation médians ont progressé de 23,3 % à l'Île-du-Prince-Édouard durant cette période, alors que le revenu médian des ménages ne s'y est accru que de 15,6 %. Il s'agit du plus grand écart au pays entre la croissance des coûts d'habitation et celle du revenu.

En 2006, moins de 7 % des ménages des provinces de l'Atlantique vivaient dans un logement vieux de moins de cinq ans. La seule faisant exception était l'Île-du-Prince-Édouard, où 8,3 % des ménages vivaient dans un logement neuf, soit une proportion pratiquement identique à la moyenne nationale.

Page précédente : Résultats  Page précédente | Table des matières | Page suivante  Page suivante