Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Contenu archivé

L'information indiquée comme étant archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Évolution des tendances de l'accession à la propriété et des coûts d'habitation au Canada, Recensement de 2006 : mode d'occupation

Le taux de propriété continue d'augmenter

En 2006, plus des deux tiers des ménages canadiens étaient propriétaires de leur logement. Il s'agit du taux le plus élevé depuis 1971, soit la première année pour laquelle cette information était disponible.

Des 12 437 470 ménages au Canada, plus de 8,5 millions, soit 68,4 %, étaient propriétaires de leur logement, en hausse, comparativement à la proportion de 65,8 % enregistrée en 2001.

L'augmentation survenue entre 2001 et 2006 s'inscrit dans la tendance à long terme de l'accession grandissante à la propriété qui s'est amorcée en 1991 après la période de faible croissance des années 1980.

Parallèlement, la proportion des ménages canadiens qui louent leur logement a légèrement diminué, étant passé de 33,8 % en 2001 à 31,2 % en 2006, représentant environ 3,9 millions de ménages.

Durant les deux années de recensement, environ 0,4 % des ménages vivaient dans des logements de bande. Les logements de bande sont des logements que l'on trouve surtout dans les réserves indiennes1 et qui, pour des raisons historiques et légales, ne se prêtent pas comme les autres à l'habituelle classification sous les rubriques « possédé » ou « loué ». Le nombre de ménages vivant dans un logement de bande est passé de 45 415 en 2001 à 49 180 en 2006. De l'ensemble des provinces et des territoires, seuls le Manitoba (2,6 %), la Saskatchewan (2,6 %) et le Territoire du Yukon (5,7 %) ont plus de 1 % des ménages vivant dans des logements de bande.

En 2006, les ménages des provinces de l'Atlantique continuaient d'afficher les taux de propriété les plus élevés au pays, ceux de Terre-Neuve-et-Labrador arrivant en tête à ce chapitre à 78,7 %. Les ménages du Québec arrivaient au dernier rang, à 60,1 %.

Au Canada, les taux de propriété sont traditionnellement plus élevés à la campagne. Environ 85,1 % des ménages qui vivaient dans les régions rurales étaient propriétaires de leur logement, comparativement à 64,5 % de ceux qui vivaient dans les régions urbaines.

Les données du recensement montrent que le prix médian que les propriétaires canadiens (à l'exclusion des fermes et des réserves indiennes) s'attendraient à recevoir de la vente de leur logement est passé de 134 240 $ en 2001 à 200 474 $ en 2006, ce qui représente une hausse de 49,3 %. (La médiane est le point séparant la moitié du haut de la moitié du bas.) Ces valeurs monétaires sont exprimées en dollars courants. Au cours de cette même période, l'Indice des prix à la consommation s'est accru de 11,3 %.

Figure 1
Taux de propriété de tous les ménages, Canada, 1971 à 2006

Note :

  1. Les logements de bande comprennent les genres de subdivision de recensement (SDR) suivants : Indian reserve / Réserve indienne (IRI), Indian settlement / Établissement indien (S-É), Indian government district (IGD), Terres réservées aux Cris (TC), Terres réservées aux Naskapis (TK), Nisga'a village (NVL), Nisga'a land (NL) et Teslin land (TL).

Page précédente : Résultats  Page précédente | Table des matières | Page suivante  Page suivante