Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Contenu archivé

L'information indiquée comme étant archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Recensement de 2006 : Le portrait linguistique en évolution, Recensement de 2006 : Évolution de la situation linguistique au Québec

Hausse de l'effectif de la population anglophone1

Pour la première fois depuis 1976, le nombre d'anglophones au Québec est à la hausse. En 2006, il atteignait 607 000, comparativement à 591 000 en 2001, soit une hausse de 16 000 personnes. Le taux d'accroissement de leur effectif atteint 2,7 % de 2001 à 2006, taux supérieur à celui de la population francophone (+2,0 %).

Le nombre de personnes parlant l'anglais le plus souvent à la maison a connu une hausse de 40 000 entre 2001 et 2006. Par comparaison, entre 1996 et 2001, ce nombre avait chuté de 16 000 personnes. Le taux d'accroissement de la population dont l'anglais est la langue d'usage prépondérante à la maison a été de 5,5 % depuis 2001, soit le double de celui de la population de langue d'usage française à la maison (+2,8 %).

Tableau 12 Population de langue maternelle anglaise et population dont l'anglais est la langue parlée le plus souvent à la maison, Québec, 1996 à 2006

L'augmentation de l'effectif anglophone au Québec s'explique essentiellement par le fait que beaucoup moins de personnes de langue maternelle anglaise ont quitté la province entre 2001 et 2006 comparativement à ce qui avait été observé durant les sept périodes quinquennales précédentes. Ainsi, 34 000 anglophones ont quitté le Québec entre 2001 et 2006 alors que 26 000 s'y sont établis, principalement en provenance de l'Ontario, ce qui constitue une perte nette de 8 000.

Pour la période quinquennale précédente, la perte nette atteignait presque 30 000. Le nombre d'anglophones qui se sont installés au Québec n'a pas beaucoup varié depuis 1976, mais le nombre des départs a clairement diminué. La perte nette de 8 000 de langue maternelle anglaise est la plus faible observée depuis 1966.

La grande majorité des anglophones qui se sont installés au Québec entre 2001 et 2006 venaient de l'Ontario, de l'Alberta et de la Colombie-Britannique. Ces provinces sont également celles qui avaient attiré la plupart des personnes de langue maternelle anglaise ayant quitté le Québec entre 1996 et 2001. Cela donne à penser qu'on assiste probablement à une certaine migration de retour.

Tableau 13 Migration interprovinciale selon la langue maternelle au Québec, 1966 à 2006

Les immigrants anglophones représentaient 5 % des immigrants récents (c.-à-d. les immigrants arrivés depuis le 1er janvier 2001) résidant au Québec au moment du Recensement de 2006, comparativement à 20 % pour les immigrants francophones et 75 % pour les immigrants allophones. Il s'agit de la plus faible proportion d'immigrants récents anglophones depuis 1971. Ainsi, en 1971, le Québec comptait 25 % des immigrants récents dont l'anglais était la langue maternelle, comparativement à 17 % en 1981, 8 % en 1991 et 6 % en 2001.


Page précédente : Résultats  Page précédente | Table des matières | Page suivante  Page suivante