Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Contenu archivé

L'information indiquée comme étant archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Recensement de 2006 : Immigration au Canada : un portrait de la population née à l'étranger, Recensement de 2006 : Immigrants dans les régions métropolitaines

Les trois plus grands centres urbains attirent sept nouveaux immigrants sur 10

Parmi toutes les régions métropolitaines de recensement (RMR), Toronto, Montréal et Vancouver ont, encore une fois, attiré la plupart des nouveaux immigrants arrivés entre 2001 et 2006.

Des 1 110 000 immigrants qui sont arrivés au Canada au cours des cinq dernières années, 68,9 % (765 000) ont décidé de vivre dans l'une de ces trois régions métropolitaines de recensement, environ 28,3 % se sont répartis dans les autres régions urbaines, et seulement 2,8 % environ ont opté pour une vie en milieu rural.

Le plus grand nombre de nouveaux immigrants, soit 447 900, habite à Toronto, tandis que 165 300 vivent à Montréal et 151 700, à Vancouver.

La part du nombre total d'immigrants récents au Canada qui revient à Toronto s'élève à 40,4 %, soit une légère baisse par rapport aux 43,1 % observés au Recensement de 2001.

Entre 2001 et 2006, la part de Vancouver a diminué, passant de 17,6 % à 13,7 %, si bien que cette région métropolitaine a glissé de la deuxième à la troisième place dans le classement des régions urbaines les plus populaires auprès des nouveaux immigrants.

Montréal, qui a grimpé du troisième rang au deuxième, accueillait 14,9 % des immigrants récents en 2006, comparativement à 11,9 % en 2001.

Selon l'Enquête longitudinale auprès des immigrants du Canada, les raisons qui poussent les nouveaux arrivants à s'établir dans les trois principales régions métropolitaines de recensement du Canada varient.

La principale raison évoquée pour s'établir à Toronto, Montréal ou Vancouver est la volonté de se joindre au réseau de soutien social formé par les parents et amis. À Toronto, la deuxième raison la plus souvent citée pour élire domicile dans cette région métropolitaine se rapporte aux perspectives d'emploi qu'offre la métropole. À Montréal, la langue constitue le deuxième facteur le plus souvent évoqué, tandis qu'à Vancouver, c'est le climat qui semble attirer les immigrants1.


Page précédente : La majorité des immigrants choisissent la vie urbaine  Page précédente | Table des matières | Page suivante  Page suivante