Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Contenu archivé

L'information indiquée comme étant archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

L'évolution de la population active au Canada, Recensement de 2006 : aperçu de l'évolution de la population active au Canada

Entre 2001 et 2006, le Canada a enregistré un taux de croissance annuel moyen de 1,7 % pour ce qui est de l'emploi total, et a pris ainsi la tête du peloton des pays du Groupe des Sept (G7). L'Italie se classe au deuxième rang à ce chapitre (+1,2 %), suivie de la France et des États-Unis d'Amérique. Selon les données tirées de l'Enquête sur la population active, la croissance de l'emploi au Canada s'est poursuivie après 2006.

Figure 1 Croissance annuelle moyenne de l'emploi, Canada et pays du Groupe des Sept (G7) et de l'Organisation de coopération et de développement économiques

La croissance de l'emploi est allée de pair avec la performance économique du Canada. Entre 2001 et 2006, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté à un taux annuel moyen de 2,7 %.

L'emploi a progressé dans toutes les régions, mais c'est l'Ouest du pays, notamment l'Alberta et la Colombie-Britannique, qui a profité des hausses les plus fortes.

Sur le plan sectoriel, le taux de croissance le plus rapide de l'emploi a été enregistré dans l'industrie de l'extraction minière, pétrolière et gazière, l'emploi ayant grimpé à un taux moyen de 7,5 % par année, soit près de quatre fois la moyenne nationale. Soixante-dix pour cent de la croissance de l'emploi dans ce secteur d'activité est attribuable à la seule province de l'Alberta.

Aiguillonné par des taux d'intérêt peu élevés, l'emploi dans le secteur plus grand de la construction a affiché une forte croissance de 4,5 % en moyenne par année. Au cours de la période de cinq ans à l'étude, l'effectif de ce secteur s'est accru de 196 200 travailleurs selon les estimations.

Les résultats sont moins reluisants dans le secteur de la fabrication qui a cédé 136 700 emplois durant cette période de cinq ans, soit l'équivalent d'une baisse de 1,4 % par année. Ce fléchissement s'est produit dans le contexte d'une appréciation rapide du dollar canadien et du déplacement de la production du Canada vers d'autres pays.

Le recul de l'emploi manufacturier s'est concentré dans le centre du Canada. En Ontario, l'emploi a fléchi dans les industries relatives à la fabrication d'ordinateurs et aux télécommunications, alors que l'emploi dans l'industrie du textile s'est replié en Ontario comme au Québec.

En revanche, l'emploi a progressé de 1,8 % par année dans le commerce de détail, de sorte que l'écart entre le commerce de détail et le secteur de la fabrication pour ce qui est de l'emploi, a fortement diminué au cours de la dernière période intercensitaire. En 2001, le secteur de la fabrication comptait environ 373 900 travailleurs de plus que le commerce de détail. En 2006, il n'en comptait que quelque 81 400 de plus. La fabrication et le commerce de détail sont les deux principaux employeurs au pays.

Les données sur les professions vont dans le même sens que celles qui se rapportent aux branches d'activité. L'une des professions ayant connu un taux de croissance parmi les plus élevés au cours de la période de cinq ans à l'étude est rattachée au secteur de la construction. Plus précisément, le nombre d'aides de soutien des métiers et de manœuvres en construction a augmenté de 52 300, ou 57,2 %, pour atteindre 143 900 en 2006.

Dans l'industrie du textile, le nombre d'opérateurs de machines à coudre industrielles a dégringolé de 18 300, ou 32,7 %. Dans l'industrie sidérurgique, le nombre d'assembleurs de structures métalliques, y compris les métallurgistes, a également diminué entre 2001 et 2006.

Selon les données sur la mobilité de la main-d'oeuvre, 563 000 travailleurs, représentant 3,4 % de l'ensemble de la population active, ont déménagé dans une autre province ou un autre territoire entre 2001 et 2006. Les taux de mobilité les plus élevés ont été observés dans les territoires et en Alberta. En 2006, le secteur de l'extraction minière, pétrolière et gazière de même que celui des administrations publiques ont enregistré les plus hauts taux de mobilité interprovinciale au sein de leur main-d'oeuvre.

Les données du recensement révèlent que le vieillissement de la population active du Canada s'est poursuivi entre 2001 et 2006. En 2006, les travailleurs de 55 ans et plus représentaient 15,3 % de l'ensemble de la population active, comparativement à 11,7 % en 2001. Ce phénomène est attribuable au vieillissement de la génération du baby-boom et à la propension accrue des travailleurs plus âgés à participer au marché du travail.

L'âge médian de la population active a franchi la barre des 40 ans pour la première fois, passant de 39,5 ans en 2001 à 41,2 ans en 2006. L'âge médian est l'âge qui permet de répartir une population en deux groupes ayant des effectifs égaux, l'un formé de la moitié la plus âgée, et l'autre, de la plus jeune.

Les taux de chômage chez les Autochtones sont demeurés relativement élevés en 2006, bien qu'ils aient baissé par rapport à 2001. Les taux d'emploi des membres des divers groupes Autochtones ont augmenté entre 2001 et 2006. Parallèlement, le fossé entre le taux d'emploi des Autochtones et celui des non-Autochtones s'est refermé dans la plupart des provinces et des territoires.

Enfin, 67,0 % des immigrants récents (établis au Canada depuis 2001) du principal groupe d'âge actif, soit ceux âgés de 25 à 54 ans, occupaient un emploi, en hausse de 3,6 points de pourcentage par rapport à 2001. Il s'agit d'une croissance supérieure à celle enregistrée au sein de la population née au pays, si bien que l'écart entre les taux d'emploi des immigrants récents et des non-immigrants a diminué, passant de 17,5 points de pourcentage en 2001 à 15,4 points de pourcentage en 2006.


Page précédente : Table des matières : Résultats  Page précédente | Table des matières | Page suivante  Page suivante