Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Contenu archivé

L'information indiquée comme étant archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Habitudes de navettage et lieux de travail des Canadiens, Recensement de 2006 : portrait des régions métropolitaines de recensement et de leurs municipalités

Lieu de travail

Malgré la décentralisation des travailleurs, les quartiers centraux demeurent des pôles d'emploi importants

Malgré la décentralisation et parfois une certaine dispersion des emplois (et de la population) observée dans la plupart des RMR, les quartiers centraux demeurent des pôles d'emploi majeurs dans plusieurs régions urbaines1. Dans cinq des six RMR comptant une population de un million et plus, soit Montréal, Vancouver, Ottawa ‑ Gatineau, Calgary et Edmonton, le secteur de recensement (SR) concentrant le plus grand nombre de travailleurs était situé au coeur du centre‑ville (voir les cartes, série 2). À Toronto, le SR comptant le plus grand nombre de travailleurs était situé à Mississauga. Cependant, celui qui arrivait au deuxième rang se situait en plein coeur du quartier des affaires de Toronto. Ce petit SR, qui fait moins de 0,5 kilomètre carré, comptait à lui seul 103 900 travailleurs en 2006 (soit plus que le nombre de travailleurs dans plusieurs RMR). Il comptait la plus forte densité de travailleurs au kilomètre carré au Canada.

Une des caractéristiques distinctives des quartiers centraux par rapport aux autres pôles d'emploi de leur région respective est leur forte densité d'emploi, c'est-à-dire le nombre élevé de travailleurs par kilomètre carré. La présence de nombreux édifices à bureaux en hauteur, dans ces quartiers centraux, explique ce phénomène : ceux-ci occupent une superficie relativement faible au sol et peuvent accueillir un très grand nombre de travailleurs. La construction de tels édifices est en grande partie attribuable au coût élevé des terrains au centre-ville.


Page précédente  Page précédente | Table des matières | Page suivante  Page suivante